Bienvenue en Arcadie

Le forum Arcadie est un havre de paix et de sagesse aux parfums de philosophie païenne et de magie…
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 - ORMUS - Des métaux Monoatomiques .

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Ecureuil
Animatrice "Naturopathie / Alimentation Naturel / Bien-être"
avatar


MessageSujet: - ORMUS - Des métaux Monoatomiques .   Ven 19 Aoû - 13:18

Bonjour Arcadie,

A la suite de la présentation de Orme dans les nouveaux membres ,je me suis amusée à chercher sur "Google" ce mot :

¤ ORMUS ¤

J'ai fait tellement de découvertes interressantes que je ne sais pas si je dois tout écrire de moi même sur mon clavier ou si je dois y faire des copier/coller + les liens qui vont avec .
Dans tout les cas c'est fort interressant car il existe pas qu'un seule Ormus à base d'Or mais plusieures à base de rhodium,d'iridium,de platine,de palladium et de cuivre .

"LES ORMUS ,PIERRE PHILOSOPHALE ET INVISIBILITE ATOMIQUE "

Les éléments ORMUS,ils sont partout,dans l'eau ,l'air,la terre depuis la nuit des temps ,mais ils n'ont été mis en évidence que depuis les années 70 par hasard .
Les ORMUS sont des éléments en métal précieux témoignant d'un 4° état de la matière,ni solide,ni liquide et ni gazeux,un état M jusque là inconnu de la science et qui leurs confères des propriétés physiques extraordinaires : invisibilité ,téléportation,supraconductivité,capacité à infléchir l'espace temps ,ect .....
Sur le plan biologique,les ORMUS constituent des minéraux nutritifs trés interressant pour l'agriculture et la santé ,y compris dans le traitement du cancer .
Des caractéristiques qui rappel le fameu "Or Blanc" des alchimiste,la pierre philosophale ou encore la manne biblique ect.....

Au commencent :

Citation :
L'histoire commence en Arizona à la fin des années 70 avec un riche planteur de coton nommé David Hudson. Le sol volcanique de cette région étant connu pour posséder des propriétés rares et renfermer des métaux précieux, Hudson entreprend un beau jour d'en commander l'analyse quantitative complète. Stupéfaits, les laborantins constatent qu'une partie des éléments défie toute analyse : on n'y décèle aucune caractéristique métallique, aucune réaction chimique et aucune signature spectroscopique ! L'un des chercheurs propose alors de prolonger l'analyse du spectre. Ce n'est qu'à ce moment-là que commencent à apparaître les caractéristiques spectrales, et que se révèle, à la surprise générale, la présence de métaux précieux ! Disposant de moyens financiers considérables, Hudson décide de pousser plus loin les investigations, et engage des chimistes pour résoudre cette énigme. Les résultats détaillés figurent dans le brevet qu'il a déposé http://www.subtleenergies.com/
ORMUS/research/research.htm
Il donne ensuite de nombreuses conférences publiques, pourtant, pas un seul article ne paraît dans la presse scientifique. Pour ma part, j'ai découvert ce phénomène en visionnant plus de neuf heures de conférences de Hudson en vidéo.
Les allégations de Hudson sont très audacieuses, et espérant leur trouver une validation théorique, j'ai tardé à écrire à leur sujet. Bien qu'aucune recherche universitaire officielle ne semble être en cours, un groupe informel de scientifiques et de profanes planche sur la question depuis quelques années. Sans aucun financement ni soutien d'un laboratoire officiel, et sans le moindre lien avec Hudson, ce groupe a réussi à reproduire certains de ses résultats. Leurs travaux, de même que ceux d'Hudson dans les articles que Barry Carter, grand spécialiste des éléments ORMUS, publié sur un site Web très complet et très instructif http://www.helsinki.fi/~matpitka/index.html
Il existe aussi plusieurs forums sur Internet, dont l'un, animé par des passionnés de sciences, aborde les divers aspects chimiques et physiques de ces matériaux ainsi que les méthodes d'extraction et d'analyse.

Les métaux monoatomiques :

Citation :
Avec ces éléments, nous entrons dans une ère nouvelle et très complexe où nous avons tout à apprendre. On peut considérer qu'un nouveau chapitre de la physique, de la chimie et de la biologie est en train de s'ouvrir. Au vu des travaux d'Hudson et de ce groupe indépendant, il semble désormais incontestable qu'un certain nombre de métaux précieux (et d'autres moins précieux), parmi lesquels le rhodium, l'iridium, l'or, le platine, le palladium et le cuivre, peuvent être isolés à l'état solide bien que non métallique, sous forme d'une poudre grise ou blanche aux propriétés extraordinaires.
Hudson baptise d'abord ces éléments ORME, Orbitally Re-arranged Monatomic Elements [Éléments Monoatomiques à Orbites Réorganisés]. À ce moment là, il croit que les électrons des ORME sont réorganisés de telle sorte qu'ils ne se prêtent plus aux réactions chimiques. Selon lui, les liaisons qui assurent normalement la cohésion des atomes de métaux à l'état solide sont manquantes ; ces métaux seraient donc monoatomiques. Des recherches ultérieures indiquent la présence d'éléments diatomiques et de liaisons instables avec d'autres éléments, en particulier les métaux alcalins. Les éléments ORME s'appellent désormais ORMUS. On dit également qu'ils sont à l'état M.

Supraconducteurs ???

Citation :
Selon Hudson, les électrons ainsi réorganisés formeraient des paires de Cooper (coauteur de la théorie de la supraconductivité), susceptibles de devenir supraconductrices à des températures normales. En guise de demonstration, Barry Carter a produit une petite vidéo où l'on voit la fameuse poudre grise vivement repoussée à l'approche d'un aimant.
On peut cependant objecter que ce phénomène de « grains sauteurs » n'est pas in se une preuve de supraconductivité... Pour explorer cette controverse, il suffit de se reporter à quelques publications tout public recommandées par Hudson lui-même. Il y est question d'un état dans lequel certains atomes de métaux lourds acquièrent un « spin élevé » par allongement de leur noyau ; mais cela n'a pas encore été réalisé à une échelle significative [le spin est l'unité caractéristique de la transformation d'un objet sous l'action de la rotation dans l'espace. Ex: une étoile à cinq branches reprend son aspect initial après avoir pivoté sur une seule branche ; on dit que son spin est de 5. Une figure à laquelle il faut un tour complet a un spin 1].
Par la suite, Hudson commande les analyses de différents matériaux et confirme la présence d'éléments ORMUS dans la plupart des échantillons, particulièrement dans ceux issus de sols volcaniques.
D'autres chercheurs déclarent en avoir décelé dans la plupart des eau naturelles, les plus fortes concentrations résidant dans l'eau de mer, surtout la Mer Morte. L'un des chercheurs prétend en avoir trouvé dans l'air (il n'est pas surprenant qu'à l'état monoatomique, même un élément lourd puisse se comporter comme un gaz rare).
En procédant à des analyses sur des végétaux, les chimistes de Hudson constatent un fort taux d'ORMUS dans les plantes poussant en sol volcanique, particulièrement l'aloe vera [aloès officinal]. Un taux remarquable de 5 % de matière sèche est également découvert dans le cerveau de veau et de cochon. Ces analyses ne sont pas faciles à réaliser, car elles exigent la reconversion du contenu ORMUS sous sa forme métallique. Cela requiert la procédure de spectroscopie de " longue durée " utilisée par Hudson et effectuer ces préparations en grandes quantités est un processus fastidieux qui reste à perfectionner... Les installations de spectroscopie ne sont accessibles qu'à une minorité de chercheurs indépendants et je n'en connais pas qui puissent les utiliser officiellement. Malheureusement, pour diverses raisons (financières ou légales, dit-on), Hudson lui-même semble avoir abandonné ces recherches.


Des flashs lumineux et silencieux ....??

Citation :
Il reste pourtant beaucoup à faire pour élucider, en termes de physique et de chimie, les extraordinaires phénomènes observés avec les éléments ORMUS. Par exemple, Hudson a vu disparaître dans un vif éclat de lumière, mais sans le moindre bruit ni onde de choc, une préparation aqueuse de rhodium ORMUS préalablement chauffée au soleil sur du papier-filtre. Plus étrange encore, en soumettant plusieurs fois de l'iridium ORMUS à des chauds et froids intenses, il s'est aperçu que le poids de la matière oscillait brutalement à chaque cycle, au point de disparaître complètement puis de revenir à sa valeur initiale. Cet effet est prévu dans la théorie de l'hyperdimension du physicien théoricien finnois Matti Pitkänen.
L'observation du flash lumineux silencieux a été confirmée par des chercheurs indépendants et les variations de poids par l'un d'entre eux. Plusieurs ont observé un autre phénomène étrange des gouttes de liquide contenant un concentré ORMUS se forment à l'extérieur de récipients fermés, particulièrement sous l'effet de champs magnétiques. Ceci porte à croire que des atomes ORMUS passent à travers les parois des tunnels quantiques en transportant un peu d'eau. Autre observations inexpliquée : certaines préparations ORMUS en solutions acqueuses développent des charges d'électricité statiques. Elles peuvent être déchargées avec production d'une étincelle audible, après quoi la charge se reforme et peut à nouveau être déchargée, et cela indéfiniment.

La biologie de l'ORMUS :

Citation :
La biologie de ces matériaux s'inscrit dans l'approche quantique de la vie. Sous cet angle, les propriétés holistiques de la vie ne sont explicables que par la cohérence quantique ; c'est-à-dire que l'activité apparemment aléatoire (selon la thermodynamique classique) des molécules biologiques est en fait régie par les mêmes principes quantiques que ceux qui gouvernent le fonctionnement d'un laser. Ce regard radicalement novateur sur la biologie a été initié par le Dr Mae-Wan Ho. Des travaux récents ont ouvert des perspectives prometteuses en biologie quantique. Alors qu'une petite partie de l'ADN fonctionne par codage des protéines, la majeure partie (qualifiée d'ADN rebut) fonctionne indépendamment de la chimie pour informer le champ « quantique » de l'organisme. Par ailleurs, un certain nombre de publications sur la supraconductivité dans les organismes vivants viendraient confirmer les spéculations de Hudson quant à l'action des ORMUS sur l'ADN ; les uns pouvant même réparer les lésions de l'autre.
Hudson prévoyait un grand potentiel de développement de ces matériaux dans l'industrie, d'autant plus que, d'après ses analyses, ils existent en bien plus grand nombre que sous forme métallique. Un jour, son propre oncle, qui s'intéresse à l'alchimie, suggère un lien avec l'« or blanc » décrit par certains alchimistes, une poudre aux propriétés curatives connues pour prolonger la vie. Intrigué, Hudson administre une préparation à base d'ORMUS à un chien atteint de cancer et de piroplasmose. L'animal guérit et des volontaires humains se prêtent à l'expérience, obtenant de bons résultats. Hudson en distribue quelques échantillons à des médecins qui les prescrivent à des patients en phase terminale. Les guérisons remarquables constatées illustreront, graphiques à l'appui, les conférences données par la suite par Hudson, qui adresse également des échantillons à plusieurs laboratoires, dont Merck & Co. et à l'Institut national du cancer. Ce dernier l'appliquera à des cultures de cellules cancéreuses et conclura simplement à son innocuité.


Cancer = Guérison ?

Citation :
Depuis lors, plusieurs producteurs indépendants fabriquent et vendent des concentrés d'ORMUS de provenances diverses dont l'eau de mer, l'eau de sources profondes, du sel extrait de dépôts minéraux et des plantes médicinales telles l'Aloe vera. Aujourd'hui, des milliers de personnes utilisent probablement ces produits. On trouve sur Internet, des témoignages de guérisons (dont des cancers) obtenues grâce aux ORMUS. Mais tant qu'il n'y aura pas eu d'essais cliniques ni de relevés systématiques de résultats, il faut se garder d'accorder une caution médicale à un tel produit. Ne citons ici que quelques-uns des résultats obtenus par les moyens scientifiques reconnus : on a constaté, grâce à des analyses de sang au microscope à fond noir, que dans les heures suivant la prise d'ORMUS, les globules rouges se détachent mieux, présentent une forme plus arrondie, et que le sérum contient moins de débris. Des rapports d'électroencéphalogramme témoignent d'un meilleur équilibre entre les deux hémisphères cérébraux. La bioélectrographie GDV [visualisation de décharge gazeuse], plus connue sous le nom de photographie Kirlian, et développée par le Dr Konstantin Korotkov, offre également des résultats intéressants que j'ai moi-même constaté : pendant environ un an,j'ai pris un produit ORMUS de marque et j'ai bénéficié d'un regain d'énergie et d'une sensation générale de bien-être. Un jour, j'ai décidé de tester ce produit à l'aide de l'équipement GVD de Korotkov. Les travaux approfondis du Dr Korotkov sur le GVD indiquent clairement que de tous les paramètres analysables de l'image, la superficie est la plus parlante pour ce qui concerne l'état de santé général.
Tout d'abord, j'ai cessé de prendre l'ORMUS pendant deux semaines, ensuite j'ai noté une mesure initiale de contrôle avec le GVD et, immédiatement après, j'ai pris une dose d'ORMUS six fois plus forte que la dose quotidienne recommandée, tout en procédant à des lectures GVD à intervalles réguliers. La superficie de l'image est montée jusqu'à 1,5 fois la référence de contrôle pendant quatre heures et a ensuite décliné lentement pendant les douze heures suivantes. Pour les lecteurs qui souhaiteraient fabriquer eux-mêmes certains de ces produits, voyez l'exposé des méthodes sur le site Internet de Barry Carter. La procédure la plus simple consiste à élever le pH d'une solution de sel marin entre 10,6 et 10,78. Le précipité qui en résulte, principalement composé d'hydroxydes de magnésium et de calcium, contient les éléments ORMUS. Il ne reste plus ensuite qu'à éliminer la plus grande partie du sel.

L'agriculture et la famine dans tous ca :

Citation :
S'il est difficile d'obtenir des données scientifiques sur la santé humaine, celles issues des expériences sur les plantes sont incontestables et extraordinaires. Plusieurs sites Internet sont là pour en témoigner.
En agriculture, la préparation la plus courante, mais aussi la plus simple et la moins chère, consiste en un concentré ordinaire obtenu à partir de l'eau de mer. L'intérêt des produits de la mer, en particulier celui des algues, est connu en agriculture depuis bien plus longtemps que l'ORMUS. Le Dr Maynard Murray a rassemblé de nombreuses données sur la santé d'animaux nourris de grains cultivés sur des terres traitées à l'eau de mer. Une expérience a été conduite sur une race de souris dont 90 % sont normalement et spontanément atteintes de cancer du sein. Parmi celles nourries au grain traité, 55 % seulement ont développé un cancer, et pour la deuxième génération, ce chiffre est descendu à 2 % ! Évidemment, la terre arrosée à l'eau de mer finit par être trop salée, ce qui menace sa fertilité. Mais il faut savoir que le processus de concentration de l'ORMUS multiplie par environ 80 sa proportion en sel. Le Dr Murray fait observer que les populations humaines présentant de faibles taux de tumeurs malignes se situent généralement dans des régions où il y a « très peu d'évacuation d'eau à la mer », de sorte que les éléments vitaux contenus dans les terres alluvionnaires demeurent sur place.
Selon les cultures, dix à cinquante litres de concentré par hectare suffisent. Les résultats obtenus de cette façon dépassent largement ceux de l'eau de mer, comme en témoignent les photos (ci-dessus). On a constaté qu'un noyer traité pendant plusieurs années avait atteint deux fois la taille des autres et produit six fois plus de noix ; quant aux noix elles-mêmes, elles sont grosses comme des mandarines ! Un prunier a produit, dès la première année de traitement, des fruits deux fois plus lourds que ceux de l'arbre témoin ; et après deux ans, ce poids a été multiplié par cinq ! On voit, sur une photo, un agriculteur juché sur un escabeau pour atteindre ses plants de maïs de 3,60m de haut ! Citons également ces oranges de la taille de melons cantaloups... On sait également que les plantes traitées aux ORMUS sont non seulement plus productives, mais qu'elles arrivent plus tôt à maturité, nécessitent moins d'engrais et résistent mieux aux parasites. En plus, les fruits ont meilleur goût ! J'ai moi-même expérimenté les ORMUS sur les pommes de terre. Sur quatre rangs de deux espèces différentes, deux ont été traités et les deux autres ont simplement reçu l'équivalent en eau. Résultat : 14 kg pour les témoins, 26 kg pour les plants traités. J'ai aussi obtenu des carottes de plus de 450 grammes...
On a régulièrement observé que les productions augmentent encore la deuxième année et les suivantes, après le traitement. Cela est probablement dû à ce que l'ORMUS enrichit la teneur du sol en mycorhizes, champignons symbiotiques nécessaires à la croissance des plantes et dont on devrait reconnaître enfin l'importance, car ils sont gravement menacés par les excès d'engrais chimiques et d'herbicides.
Bien entendu, il n'existe pas de preuves que ces résultats, si remarquables soient-ils, sont dus aux ORMUS. Les détracteurs pourraient arguer qu'ils résultent d'un apport supplémentaire de minéraux conventionnels. Une approche scientifique plus rigoureuse reste à mener.

La fin des famines et de la désertification.
Cela dit, il n'est pas nécessaire d'attendre la science pour tirer parti de cette découverte. La croissance démographique est inexorable et, en même temps, la surface de sol arable est limitée et déjà en grande partie cultivée. S'il était possible ne fut-ce que de doubler la production grâce à cette préparation bon marché à partir de l'eau de mer, la menace de famine ferait place à l'abondance. Et même sans l'utilisation de l'ORMUS comme supplément alimentaire direct, la santé des hommes serait améliorée. En outre, étant donné qu'on ne peut breveter l'eau de mer, on voit mal les multinationales mettre le grappin sur ce marché et le rendre inaccessible aux fermiers du Tiers-Monde.
Comment se fait-il que les plantes, les animaux et les humains en soient arrivés à manquer de ces éléments ? Leur forte concentration dans l'eau de mer laisse supposer qu'au fil du temps, ils y ont été entraînés par le ruissellement. Cela pourrait expliquer la désertification croissante d'une bonne partie des surfaces terrestres. En plus, le déclin de la végétation contribue à l'augmentation du taux d'oxyde de carbone et donc au réchauffement global. Cela pourrait être endigué en traitant à l'ORMUS de vastes étendues de terrain, par exemple par des arrosages aériens, surtout sur les forêts. En outre, pour remplacer les combustibles fossiles, on pourrait augmenter, sur des surfaces plus réduites, la croissance des plantes productrices de biocarburants.
Il reste peu de temps pour prendre une série de mesures susceptibles d'éviter une catastrophe environnementale. Parmi celles-ci, les produits issus de l'eau de mer pourraient jouer un rôle très important. C'est pourquoij'engage tous mes lecteurs à répandre autant que possible l'information au sujet de l'ORMUS.
Traduction : André Dufour et Christèle Guinot

Lien :http://www.fangpo1.com/ormus_mfkzt.htm

_________________
"Le chêne se trouve dans le gland"

¤ Ecureuil ¤
Revenir en haut Aller en bas
Ecureuil
Animatrice "Naturopathie / Alimentation Naturel / Bien-être"
avatar


MessageSujet: Re: - ORMUS - Des métaux Monoatomiques .   Ven 19 Aoû - 13:27


LES CHERCHEURS SUR LES PAS DES ALCHIMISTES :

Citation :
En fait, la découverte des ORMUS ne date pas de ces dernières décennies. Selon Barry Carter, qui se passionne pour les ORMUS depuis 1989 et sillonne le monde pour les faire connaître, on en retrouve la trace jusque chez les Mésopotamiens et les Égyptiens.

Ce qui est vraiment étonnant au sujet de cette énigmatique poudre blanche d'or, à spin élevé, et des métaux platinoïdes, c'est que leur découverte n'est en fait pas récente. Les anciens Mésopotamiens l'appelaient shem-anna et les Égyptiens la désignaient par MFKZT (la traduction des hiéroglyphes omet les voyelles), tandis que les Alexandrins la vénéraient comme un don du Paradis, et plus tard des chimistes, tel Nicolas Flamel, l'appelèrent la Pierre philosophale. A toutes les époques de l'histoire, la « Poudre de projection » sacrée était réputée posséder d'extraordinaires pouvoirs de lévitation, de transmutation et de téléportation. On disait qu'elle produisait une lumière brillante et des rayons mortels, tout en étant la clef d'une longévité physique active. Dans la mythologie grecque, la quête de cette substance était au centre de la légende de la Toison d'Or, tandis qu'en termes bibliques, c'était le domaine mystique de l'Arche d'Alliance, le coffre en or que Moïse ramena du Sinaï et qui fut ensuite conservé au temple de Jérusalem.

La platine rend l'ADN supraconducteur :

Citation :
Dans le monde actuel, l'institut des Études Avancées (Austin, Texas) a décrit cette substance comme « matière exotique », et sa supraconductivité (une de ses caractéristiques principales) a été déclarée par le Center for Advanced Studies (université de l'Illinois) comme étant « la propriété physique la plus remarquable de l'univers ». Dans un article du numéro de mai 1995 du Scientific American, les effets du métal ruthénium, du groupe platine, étaient abordés en relation avec l'ADN humain. On y observait que lorsqu'un unique atome de ruthénium était placé à chaque extrémité d'un brin d'ADN court, ce brin devenait 10 000 fois plus conducteur. Il devenait en fait un supraconducteur. Depuis quelque temps, les chimistes se doutaient que le double hélicoïde pourrait créer, dans l'axe de la molécule, un chemin hautement conducteur, et nous en avions ici la confirmation. Pareillement, la Platinum Metals Review a régulièrement publié des articles concernant l'utilisation du platine, de l'iridium et du ruthénium dans le traitement des cancers. Lorsque l'état d'un ADN est modifié (ce qui est le cas dans un cancer), l'application d'un composé de platine entrera en résonance avec la cellule déformée, provoquant la détente de l'ADN et sa rectification. Un tel traitement n'implique aucune chirurgie ; il ne détruit pas les tissus environnants par des radiations et n'agresse pas le système immunitaire, comme le font la radiothérapie et la chimiothérapie. La profession médicale s'intéressa au haut spin lorsque la division de recherche biomédicale de la compagnie pharmaceutique Bristol-Myers Squibb annonça que les atomes de ruthénium interféraient avec l'ADN, corrigeant la malformation de cellules cancéreuses. (L'or et les métaux monoatomiques du groupe platine sont en fait des « atomes furtifs », et il est à présent établi que les cellules du corps communiquent entre elles par l'intermédiaire des atomes furtifs à travers un système d'ondes lumineuses). Ce que la nouvelle science découvre, c'est que le ruthénium monoatomique entre en résonance avec l'ADN, démonte l'hélicoïde court et le reconstruit correctement ; exactement comme on démonte et
reconstruit un bâtiment en mauvais état. On sait que l'iridium et le rhodium ont tous deux des qualités anti-vieillissement, tandis que les composés de ruthénium et de platine interagissent avec l'ADN dans le corps cellulaire.

Conscience élevée,corp de lumière :

Citation :
On sait également que, dans leur état monoatomique à haut spin, l'or et le platine peuvent activer le système glandulaire endocrinien au point de porter la conscience, la perception et les aptitudes à des niveaux extraordinaires. A cet égard, on estime que la poudre d'or à haut spin a un net effet sur la glande pinéale, augmentant la production le mélatonine. Pareillement, la poudre d'iridium monoatomique a un effet similaire sur la production de sérotonine de la glande pituitaire, et réactiverait « l'ADN-rebut » ainsi que les zones du cerveau imparfaitement exploitées, ou pas du tout. Nonobstant toute la recherche actuelle coûteuse et étendue dans ce domaine, les secrets des pierres à feu de haut spin étaient donc connus de nos ancêtres il y a des milliers d'années. Ils connaissaient l'existence des supraconducteurs propres au corps humain : éléments de la conscience individuelle qu'ils appelaient le « corps de lumière » (le ka). Ils savaient que le corps physique et le corps de lumière devaient être nourris pour augmenter la production hormonale, et l'ultime aliment, la poudre magique de projection, était fabriquée par les prêtres Maîtres artisans des temples (les Gardiens de la Maison de l'Or) dans le but précis de déifier les rois... Elle fait sa réapparition aujourd'hui en tant que nouvelle substance primordiale dans des domaines allant du traitement du cancer à l'avion furtif. Elle pourra même fournir la « matière exotique » essentielle au voyage spatial vers des dimensions d'espace-temps inaccessibles jusqu'ici.
Source :

http://www.fangpo1.com/ormus_mfkzt.htm


_________________
"Le chêne se trouve dans le gland"

¤ Ecureuil ¤
Revenir en haut Aller en bas
Ecureuil
Animatrice "Naturopathie / Alimentation Naturel / Bien-être"
avatar


MessageSujet: Re: - ORMUS - Des métaux Monoatomiques .   Ven 19 Aoû - 14:02

Les ORMUS : UN NOUVEL ETAT DE LA MATIERE AVEC D'IMMENSES PERSPECTIVES POUR L'AGRICULTURE,LA SANTE ET L'ENVIRONNEMENT :

Dossier PDF en 8 pages et fabriquer sont propre ORMUS ==== } http://www.arsitra.org/yacs/articles/view.php/775/les-ormus

Un peu d'Histoire :

Citation :
Tout au long du siècle dernier et particulièrement depuis l’époque d’Albert Einstein, les scientifiques ont poursuivit une quête du Saint Graal de la physique moderne : "la théorie unifiée du tout". Ceci a débouché sur des découvertes inouïes et l’émergence d’un tout nouveau langage qui inclut les supercordes, les quarks et la supraconductivité, ainsi que la conscience de plans d’existence, inconnus jusqu’ici, au-delà de notre propre espace-temps familier.

Dans le domaine de la physique quantique, les scientifiques ont récemment confirmé que la matière peut en effet se trouver à deux endroits simultanément. Nous savons maintenant que, à cause de "l’enchevêtrement" quantique, des particules qui se trouvent à des millions d’années-lumière l’une de l’autre peuvent être en relation sans contact physique. L’espace-temps peut être manipulé, la téléportation devient une réalité, on annonce des matériaux échappant à la gravité pour les transports aériens, et la science virtuelle nous offre une meilleure compréhension des environnements hyperdimensionnels.

Lorsque, dans La Genèse des Rois du Graal, j’abordais les attributs de l’or monoatomique et des métaux platiniques, j’observais qu’il ne faudrait guère de temps avant qu’il ne soit question des potentialités de ces métaux nobles en vue de la conception de piles à combustible respectueuses de l’environnement. Je suggérais que celles-ci supplanteraient les combustibles fossiles pour les transports et d’autres applications pratiques. Par la même occasion, j’évoquais leur utilisation future en médecine, et particulièrement dans le traitement du cancer. Plus particulièrement, j’examinais les attributs antigravitationnels de ces poudres blanches exotiques et leurs pouvoirs supraconducteurs de nature à dévier l’espace-temps.

Ce qui est vraiment étonnant au sujet de cette énigmatique poudre blanche d’or, à spin élevé, et des métaux platinoïdes, c’est que leur découverte n’est en fait pas récente. Les anciens Mésopotamiens l’appelaient shem-an-na et les Egyptiens la désignaient par mfkzt (la traduction des hiéroglyphes omet les voyelles), tandis que les Alexandrins la vénéraient comme un don du Paradis, et plus tard des chimistes, tel Nicolas Flamel, l’appelèrent la Pierre Philosophale.

A toutes les époques de l’histoire, la "poudre de projection" sacrée était réputée posséder d’extraordinaires pouvoirs de lévitation, de transmutation et de téléportation. On disait qu’elle produisait une lumière brillante et des rayons mortels, tout en étant la clef d’une longévité physique active. Dans le monde actuel, l’Institut des Etudes Avancées (Austin, Texas, USA) a décrit cette substance comme "matière exotique", et sa supraconductivité (une de ses caractéristiques principales) a été déclarée par le Center for Advanced Studies (Université de l’Illinois, USA) comme étant "la propriété physique la plus remarquable de l’univers".

« L’histoire raconte que Moïse prit le veau d’or, le brûla au feu et le transposa en une poudre dont il nourrit les israélites. »

Cependant d’antiques documents montrent clairement que les attributs de supraconductivité et d’affranchissement gravitationnel étaient connus, si non compris, dans le monde cultuel lointain de la lévitation, de la communication divine et du pouvoir phénoménal de l’eletrikus. Dans la mythologie grecque, la quête de cette substance était au centre de la légende de la Toison d’Or, tandis qu’en termes bibliques c’était le domaine mystique de l’Arche d’Alliance, le coffre en or que Moïse ramena du Sinaï et qui fut ensuite conservé au temple de Jérusalem.

Nonobstant tout cela, la première référence historique de la poudre mfkzt est probablement la plus significative. Elle apparaît sous une forme très spécifique dans les textes des pyramides égyptiennes; des écrits sacrés qui ornent la tombe pyramidale du roi Unas, de la Vème dynastie, à Saqqara. Il y est décrit le lieu où le roi est réputé vivre éternellement avec les dieux et ce lieu est nommé le Champ de Mfkzt, un site éthérique associé à une dimension d’outre-monde nommée le Champ des Bénis.
Etant donné que les processus mystérieux associés à l’or possèdent une connotation alchimique, et puisque la poudre de projection monoatomique, bien que constituée de métaux nobles, est classée en tant que "pierre", examinons les écrits du XVIIème siècle de l’alchimiste Eirenaeus Philalèthe [Ndt : orthographe française incertaine]. Ce philosophe britannique réputé, admiré par Isaac Newton, Robert Boyle, Elias Ashmole et d’autres contemporains, publia, en 1667, un ouvrage intitulé Secrets Revealed [les Secrets Révélés]. Dans ce traité, il analyse la nature de la Pierre Philosophale, supposée pouvoir transmuer un métal vulgaire en or. Mettant les choses au point, Philalèthe conclut que la Pierre était elle-même constituée d’or et que l’art du philosophe consistait à perfectionner le processus.

Notre Pierre n’est rien que de l’or affiné au plus haut degré de pureté et de subtile fixation... Notre or, n’étant plus vulgaire, est le but ultime de la Nature.
Dans un autre traité intitulé A Brief Guide to the Celestial Ruby [Guide Sommaire vers le Ruby Céleste], Philalèthe déclare : On la nomme Pierre à cause de sa nature fixe ; elle résiste à l’action du feu aussi bien que n’importe quelle pierre. En l’espèce, c’est de l’or, plus pur que le plus pur, elle est fixe et incombustible comme la pierre, mais en apparence c’est une poudre très fine. Quelques temps plus tôt, au XVème siècle, l’alchimiste français Nicolas Flamel écrivit dans son Dernier Testament, daté du 22 novembre 1416, que lorsque le métal noble était parfaitement réduit et séché il devenait une "fine poudre d’or", qui est la Pierre Philosophale.


« On la nomme Pierre à cause de sa nature fixe ; elle résiste à l’action du feu aussi bien que n’importe quelle pierre. En l’espèce, c’est de l’or, plus pur que le plus pur, elle est fixe et incombustible comme la pierre, mais en apparence c’est une poudre très fine. »

Cette histoire a longtemps laissé les théologiens perplexes, car l’exposition de l’or au feu ne produit évidemment pas une poudre blanche, mais de l’or fondu. Plus loin dans le récit cependant, on explique que cette fine poudre pouvait être rassemblée avec de l’encens et transformée en gâteaux de pain blanc, que l’ancienne Bible des Septante appelle le "pain de la présence".

« C’est à Karnak que, vers 1450 av. J.-C., Thoutmès III fonda sa fraternité de Maîtres Artisans métallurgistes. Ils se réclamaient de la Grande Confrérie Blanche, un nom issu, dit-on, de leur activité en relation avec une mystérieuse poudre blanche de projection. »

Tout cela est mélangé et confondu avec des récits de feu sur la montagne et l’importance soulignée de l’Arche d’Alliance, le coffre en or au couvercle surmonté d’un chérubin, entre les ailes duquel sortaient de mortels éclairs. En rapport avec le pain de la présence, ces traits de lumière de l’Arche étaient également désignés en tant que "la présence" (apparemment la présence de Dieu), et les Grecs l’appelaient electrikus.
Dans l’ancienne Babylone, la poudre blanche énigmatique à haut spin était appelée an-na qui signifiait "pierre à feu", et lorsqu’elle était formée en gâteaux coniques c’était shem-an-na, dénotant des pierres à feu coniques ou de haute valence. Selon la Bible, les Israélites désignaient la poudre de pain comme manna, qui a une consonance similaire. Dans son Antiquités des Juifs, au premier siècle, Flavius Josèphe explique que le mot manna était en fait une question : "qu’est-ce ?", et le livre de l’Exode confirme ceci : "ils l’appelèrent manna parce qu’ils ne savaient pas ce que c’était".

Ceci est entièrement compatible avec les révélations du mfkzt dans le Livre des Morts égyptien (appelé aussi papyrus d’Ani). Ce rouleau de la XVIIIème dynastie, de Thèbes, acquis par le British Museum en 1888, est très illustré et mesure plus de 23 mètres de long. Dans cet ancien ouvrage ritualiste, le pain de la présence est associé à un pharaon qui cherche ‘Tillurnination finale" et, à l’issue de chaque étape de son voyage, pose sans cesse la question: "Qu’est ce ?"
D’autres textes similaires remontent au IIIme millénaire avant J.-C., et il ressort clairement des bas-reliefs du mont Serâbit au Sinaï que les rois égyptiens ingéraient la blanche manne d’or dés environ l’an 2180 avant J.-C. Cependant, les seuls à connaître le secret de sa fabrication étaient les adeptes des écoles de mystères (Maîtres Artisans), et le futur Grand Prêtre de Memphis portait le titre de Grand Artificier.

" L’illumination finale", (ou, comme les Grecs l’appelaient : la gnose), était une quête perpétuelle idéale. Car, outre le corps physique, on était censé posséder un "corps de lumière", qui, lui aussi, devait être nourri et soigné afin de se développer. Le "corps de lumière" était appelé le ka et, bien que ce fût essentiellement une forme de vie intangible, il était réputé demeurer actif dans l’Après-vie. L’aliment du ka était la lumière, qui générait l’illumination et la substance productrice de lumière était le mfkzt, la blanche poudre d’or.

Gardant à l’esprit cette information et nous souvenant que tous les aspects de pareilles découvertes ont toujours été des sources d’interrogation pour les historiens, les théologiens et même les scientifiques, nous allons maintenant nous rapprocher du temps présent.

LA POUDRE OR BLANCHE REDECOUVERTE :

Citation :
Quittant le Moyen Orient, notre histoire se poursuit en Amérique où, tout à fait par hasard, les mystères de cette science depuis longtemps oubliée ont été redécouverts très récemment. Non seulement le mfkzt a refait surface pour prendre place au premier rang de la recherche en physique quantique, mais les histoires de l’Arche d’Alliance, les récits mettant en scène éclairs de lumière, lévitation et autres attributs divins des textes anciens, sont soudainement devenus des réalités scientifiques modernes.
L’histoire de cette première découverte a été relatée en 1996 dans des articles de NEXUS par l’agriculteur David Hudson de Phoenix, Arizona. Il expliquait que sa terre souffrait d’un taux élevé de sodium qui durcissait la surface et la rendait étanche à l’eau. Pour corriger cela, (en 1976), il injecta de l’acide sulfurique dans le sol afin de rompre cette croûte et de lui donner une consistance malléable. Mais en analysant les composants qui n’avaient pas été dissous par l’acide, il découvrit qu’un des matériaux avait des propriétés inhabituelles. Chauffé par le soleil de l’Arizona, ce composant s’enflammait en un grand éclat de lumière blanche et disparaissait complètement. Cependant, à l’analyse spectroscopique, cette substance se révéla être "du pur rien" !
Après des essais infructueux à l’université de Cornell, un échantillon fut envoyé aux laboratoires Harwell, dans l’Oxfordshire en Angleterre, pour une analyse d’activation neutronique, mais même cela ne permit pas une indentification valable. Finalement, moyennant l’assistance de l’Académie des Sciences Soviétique, on parvint à la conclusion que cette mystérieuse matière blanche brillante était entièrement composée de métaux platinoïdes sous une forme jusque-là inconnue de la science.
Au fil de la poursuite de ces recherches, le matériau fut régulièrement chauffé et refroidi, ce qui eut pour effet une fluctuation de son poids gravitationnel. On observa également qu’à une certaine température, la perle blanche se désagrégeait pour devenir une poudre monoatomique (un seul atome) et qu’à ce stade son poids diminuait de façon spectaculaire à 56% du poids d’origine. Une montée en température jusqu’à 1160°C transformait cette substance précieuse en un verre merveilleusement clair, tandis que son poids retrouvait les 100% d’origine. Cela semblait impossible, mais l’expérience fut répétée nombre de fois !

Complètement perplexes, les scientifiques poursuivirent leurs investigations. En chauffant et en refroidissant de façon répétée, sous des gaz inertes, ils découvrirent que la phase de refroidissement portait l’échantillon à un poids incroyable égal à 400 fois sa valeur d’origine; mais en le chauffant à nouveau, le poids diminuait à moins que rien, une valeur largement négative. Lorsqu’ils retirèrent l’échantillon du plateau, ils s’aperçurent que celui-ci était plus lourd que lorsque le matériau s’y trouvait et que la substance possédait la propriété de transférer son apesanteur à l’objet qui le contenait. En d’autres termes, même le plateau était en lévitation ! Ceci correspondait exactement à l’ancien texte alchimique alexandrin qui, 2000 ans plus tôt, disait de la Pierre en or du Paradis que : "la matière surpasse en poids sa quantité d’or d’origine, mais une fois transformée en poudre, elle ne fait pas le poids en balance avec une plume".

Il fut établi aussi que la substance était un supraconducteur naturel à champ magnétique nul, repoussant également les pôles magnétiques nord et sud, tout en ayant le pouvoir de lévitation et d’emmagasiner n’importe quelle quantité de lumière et d’énergie.
Parvenu à ce stade, David Hudson rencontra le Dr Hal Puthoff, Directeur de l’Institut des Etudes Avancées à Austin, Texas. Dans sa recherche sur l’énergie et la gravité au point zéro en tant que force fluctuante de point zéro, Puthoff avait établi que, lorsque la matière commence à réagir en deux dimensions (comme le faisaient les échantillons d’Hudson), elle devait théoriquement perdre environ 4 neuvièmes de son poids gravitationnel. Cela représente environ 44%, précisément le chiffre résultant des expériences sur la poudre blanche.
Hudson fut donc en mesure de confirmer, par la pratique, la théorie de Puthoff, selon laquelle lorsque la poudre monoatomique passe à un état de supraconductivité, elle n’accuse que 56 % de son poids d’origine ; et aussi que lorsqu’elle est chauffée elle peut parvenir à un état gravitationnel inférieur à zéro, si bien qu’à ce point le plateau pèse moins que lorsqu’il est vide.

···finalement moyennant l’assistance de l’Académie des Sciences Soviétique, on parvint à la conclusion que cette mystérieuse matière blanche brillante était entièrementcomposée de métaux du groupe platinique sous une formejusque-là inconnue de la science

En chauffant et en refroidissant de façon répétée, sous des gazinertes, ils découvrirent que la phase de refroidissement portait l’échantillon à un poids incroyable égal à 400 fois savaleur d’origine ; mais en le chauffant à nouveau, le poids diminuait à moins que rien, une valeur largement négative. Lorsqu’ils retirèrent l’échantillon du plateau, ilss’aperçurent que celui-ci était plus lourd que lorsque lematériau s’y trouvait et que la substance possédait lapropriété de transférer son apesanteur à l’objet qui le contenait.···


Comme la gravité détermine l’espace-temps, Puthoff conclut que la poudre était une "matière exotique", capable d’infléchir l’espace-temps.

Cependant la poudre mfkzt devait alors (selon la théorie) entrer en résonance dans une autre dimension, dans quel cas elle devait devenir complètement invisible. Hudson confirma une fois de plus que c’était exactement le cas : l’échantillon disparaissait en effet à la vue tandis que son poids s’annulait.
Ce dont il était question, ce n’était pas simplement la disparition visuelle de la substance, mais qu’elle était littéralement transportée dans un plan alternatif parallèle, une cinquième dimension de l’espace-temps. La démonstration en fut faite lorsqu’on tenta de là remuer et de la ramasser avec une spatule, de telle sorte que, lorsqu’elle réapparaîtrait à la vue, sa position soit différente. Mais cela ne se produisit pas, toute la substance réapparut exactement dans la même position et la même forme qu’au départ. Rien n’avait été dérangé pendant la période d’invisibilité, parce qu’il n’y avait plus rien eu de présent dans le plateau. Bref, la substance n’avait pas été invisible, elle avait en fait modifié son état physique et était passée dans une autre dimension.
Le Dr Puthoff expliqua que c’était analogue à la différence entre un avion furtif, qui ne peut être détecté par les radars, et un aéronef qui serait carrément passé dans une autre dimension.

Ceci donc, est la dimension supraconductrice de l’Orbite de la Lumière ou, comme il est écrit sur les tombes égyptiennes, Du Champ de Mfkzt.

Au début des années 1990, des articles concernant les atomes furtifs et la supraconductivité commencèrent à être publiés très régulièrement dans la presse scientifique. L’Institut Niels Bohr à l’université de Copenhagen, ainsi que les Argonne National Laboratories à Chicago et le National Laboratory Oak Ridge, au Tennissee, dépendants du Département US de l’Energie, confirmèrent tous que les éléments découverts par Hudson existaient certainement en l’état monoatomique. Ceux-ci incluaient l’or et le groupe des métaux platiniques : l’iridium, le rhodium, le palladium, le platine, l’osmium et le ruthénium.

En déposant ses brevets, Hudson fit classer les substances en tant qu’Eléments Monoatomiques à Réarrangement Orbital (EMRO) [Ndt : ORME en anglais], et la terminologie scientifique décrivant le phénomène monoatomique est : "haut-spin déformé assymétriquement". Ces substances sont supraconductrices parce que les atomes à haut-spin peuvent transmettre l’énergie de l’un à l’autre sans aucune perte.

GAUCHIR L’ESPACE-TEMPS AVEC DE LA MATIERE EXOTIQUE

La manipulation de l’espace-temps acquit un intérêt particulier, qui produisit une annonce étonnante dans le journal Classical and Quantum Gravity [Gravité Classique et Quantique] en mai 1994. Son auteur, le scientifique mathématicien mexicain Miguel Alcubierre, déclara :
" Nous savons maintenant qu’il est possible de modifier l’espace-temps de manière à permettre à un vaisseau spatial de voyager à une vitesse arbitrairement élevée simplement par une expansion locale de l’espace-temps en arrière du vaisseau et une contraction opposée en avant ; un mouvement plus rapide que la vitesse de la lumière, évocateur de la propulsion gauchie de la science fiction".
Ceci fut suivi quelques mois plus tard d’un article dans le American Scientist (Hypersurfing sur l’Espace-Temps" vol. 82, pgs. 422-3, octobre 1994). Dans cette étude, Michael Szpir montra que le concept d’Alcubierre ne violait pas la théorie d’Einstein, selon laquelle aucun objet ne peut se déplacer plus vite que la lumière. Il expliquait que, lorsqu’il était en mode gauchi, le vaisseau ne voyageait en fait pas du tout. L’accélération théorique serait énorme, mais l’accélération réelle serait nulle.

Comme la gravité détermine l’espace-temps, Puthoff conclut que la poudre était une "matière exotique", capable d’infléchir l’espace-temps.Hudson confirma une fois de plus que c’était exactement le cas : l’échantillon disparaissait en effet à la vue tandis que son poids s’annulait.

Nous avions ici un mode de voyage à la vitesse de la lumière qui ne demandait qu’un temps minimal et un carburant minimal... mais seulement que la quantité idoine d’espace-temps se soit ostensiblement déplacée depuis l’avant du vaisseau pour se resituer en arrière, grâce, respectivement, à une contraction et une expansion.
Mais quel dispositif cela nécessitait-il ? L’article d’Alcubierre expliquait qu’une "matière exotique serait requise pour générer une distorsion de l’espace-temps".

Subséquemment, l’éditeur scientifique de la BBC News britannique, le Dr David Whitehouse, rapporta : L’idée repose sur le concept que, pour les physiciens, l’espace n’est pas vide... L’espace possède une forme qui peut être déformée par la matière... Le vaisseau spatial reposerait simplement dans une bulle gauchie entre deux distorsions de l’espace-temps.
Quelle était donc cette "matière exotique" à laquelle Alcubierre faisait allusion ? C’est de la matière dont l’attraction gravitationnelle est inférieure à zéro. Szpir la décrivit comme "une matière douée de la curieuse propriété d’une densité énergétique négative, contrairement à la matière normale (dont sont faits les gens, les planètes et les étoiles), dont l’énergie est positive."
Le dispositif exotique nécessaire est un supraconducteur actif; et Hal Puthoff avait déjà expliqué que, à cet égard, le mfkzt de Phoenix était une matière exotique ayant la propriété de dévier l’espace-temps.




LA SCIENCE MODERNE RENCONTRE L'ANCIENNE ALCHIMIE :

Citation :
Revenons au début, nous pouvons jeter un autre regard aux ORMES et à leur ingestion régulière par les pharaons égyptiens et les rois babyloniens, pour voir exactement comment ces éléments monoatomiques étaient utilisés pour alimenter leurs corps de lumière, avec des résultats étonnants.

Dans un article du numéro de mai 1995 du Scientific American, les effets du métal ruthénium, du groupe platine, étaient abordés en relation avec l’ADN humain. On y observait que lorsqu’un unique atome de ruthénium était placé à chaque extrémité d’un brin d’ADN court, ce brin devenait 10000 fois plus conducteur. Il devenait en fait un supraconducteur. Depuis quelques temps les chimistes se doutaient que le double hélicoïde pourrait créer, dans l’axe de la molécule, un chemin hautement conducteur, et nous en avions ici la confirmation.

Pareillement, la Platinum Metals Review a régulièrement publié des articles concernant l’utilisation du platine, de l’iridium et du ruthénium dans le traitement des cancers (qui sont provoqués par une division anormale incontrôlée des cellules du corps). Lorsque l’état d’un ADN est modifié (ce qui est le cas dans un cancer), l’application d’un composé de platine entrera en résonance avec la cellule déformée, provoquant la détente de l’ADN et sa rectification. Un tel traitement n’implique aucune chirurgie ; il ne détruit pas les tissus environnants par des radiations et n’agresse pas le système immunitaire, comme le font la radiothérapie et la chimiothérapie.

La profession médicale s’intéressa au haut-spin lorsque la division de recherche biomédicale de la compagnie pharmaceutique Bristol-Myers Squibb annonça que les atomes de ruthénium interféraient avec l’ADN, corrigeant la malformation de cellules cancéreuses. (L’or et les métaux monoatomiques du groupe platine sont en fait des "atomes furtifs", et il est à présent établi que les cellules du corps communiquent entre elles par l’intermédiaire des atomes furtifs à travers un système d’ondes lumineuses). Ce que la nouvelle science découvre, c’est que le ruthénium monoatomique entre en résonance avec l’ADN, démonte l’hélicoïde court et le reconstruit correctement ; exactement comme on démonte et reconstruit un bâtiment en mauvais état.

On sait que l’iridium et le rhodium ont tous deux des qualités anti-vieillissement, tandis que les composés de ruthénium et de platine interagissent avec l’ADN dans le corps cellulaire. On sait également que, dans leur état monoatomique à haut-spin, l’or et le platine peuvent activer le système glandulaire endocrinien au point de porter la conscience, la perception et les aptitudes à des niveaux extraordinaires. A cet égard, on estime que la poudre d’or à haut-spin a un net effet sur la glande pinéale, augmentant la production de mélatonine. Pareillement, la poudre d’iridium monoatomique a un effet similaire sur la production de sérotonine de la glande pituitaire, et réactiverait "l’ADN-rebut" ainsi que les zones du cerveau imparfaitement exploitées, ou pas du tout.

Il est particulièrement important que, nonobstant toute la recherche actuelle coûteuse et étendue dans ce domaine, les secrets des pierres à feu de haut spin étaient connus de nos ancêtres il y a des milliers d’années. Ils connaissaient l’existence des supraconducteurs propres au corps humain: éléments de la conscience individuelle qu’ils appelaient le "corps de lumière" (le ka). Ils savaient que le corps physique et le corps de lumière devaient être nourris pour augmenter la production hormonale, et l’ultime aliment pour ce dernier était appelé shem-an-na par les Babyloniens, mfkzt par les Egyptiens et manna par les Israélites.

La poudre magique de projection était fabriquée par les prêtres Maîtres Artisans des temples (les Gardiens de la Maison de l’Or) dans le, but précis de déifier les rois... et elle fait sa réapparition aujourd’hui en tant que nouvelle substance primordiale dans des domaines allant du traitement du cancer à l’avion furtif. Elle pourra même fournir la "matière exotique" essentielle au voyage spatial vers des dimensions d’espace-temps inaccessibles jusqu’ici.

Dans Lost Secrets of the Sacred Ark, l’histoire du mfkzt monoatomique est retracée en détail depuis les temps les plus reculés jusqu’à ce jour, avec des références spécifiques à l’importance de l’Arche d’Alliance biblique. De nombreux mystères sont attribués à ce coffre énigmatique, le moindre d’entre eux n’étant pas le mode de sa création au mont Horeb.

Le livre de l’Exode explique que, lorsque Moïse détruisit le veau d’or des Israélites, Dieu donna des instructions précises interdisant la fabrication d’images représentant n’importe quelle créature vivante sur Terre ou au Ciel. Mais immédiatement après, Dieu donna apparemment l’ordre à l’artisan Bezaleel de fabriquer l’Arche d’Alliance, précisant (en contradiction complète avec l’interdiction précédente) que deux chérubins en or devaient en surmonter le couvercle. Si ce n’étaient pas des anges, comme on le pense en général, qu’étaient donc ces chérubins ésotériques ? D’où tenaient-ils le pouvoir de produire cet "arc lumineux de la présence", qui fit plus tard tant de ravages sur les champs de batailles ?

Selon notre compréhension actuelle des éléments à haut-spin, il apparaît que l’Arche biblique (ainsi que des dispositifs similaires en Egypte et à Babylone) était directement impliquée dans la fabrication scientifique de la pierre à feu monoatomique (le shem-an-na), tout en offrant à la substance son propre moyen de confinement, d’où les pouvoirs de lévitation et de supraconductivité de l’Arche.
Depuis l’époque de Moïse, on peut retracer l’histoire de l’Arche jusqu’au temple de Jérusalem. Là, ainsi qu’il est écrit dans les Septante, le roi Salomon utilisa son pouvoir "pour fournir du pain à la maison du roi de Tyr", qui réciproquement offrit des navires, des chevaux et des chars pour la Maison Royale de Judah.

Par la suite (et nonobstant les écrits contradictoires), l’Arche peut être suivie pendant encore 2000 ans jusqu’au rôle étonnant qu’elle joua dans l’histoire des Chevaliers du Temple en Europe. La dernière référence historique nous vient du XIVème siècle, et ce sera la mention de sa dernière demeure qui n’aura jamais été comprise avant l’ère actuelle de la physique quantique et de la recherche sur les propriétés supraconductrices des éléments monoatomiques à haut-spin.


Le lien : http://www.b-harmony.com/calendrier/barry_carter.htm

_________________
"Le chêne se trouve dans le gland"

¤ Ecureuil ¤
Revenir en haut Aller en bas
Ecureuil
Animatrice "Naturopathie / Alimentation Naturel / Bien-être"
avatar


MessageSujet: Re: - ORMUS - Des métaux Monoatomiques .   Ven 19 Aoû - 14:33


DIANE DE POITIER ET L'ETERNELLE JEUNEUSSE :

Parmis toute l'histoire de france il y a celle de Diane de Poitier ,favorite du roi Henri II .

On dit d'elle quelle possèdait une beauté et une jeunnesse éternelle ainsi qu'une incroyable intelligence .

On dit aussi qu'elle prenait quotidiennement de l'Or en boisson et été jalousait par beaucoup de ces dames de la haute sociétée ,surtout par la reine Catherine de Médicis .

Diane de Poitier est décédée à l'âge de 66 ans et que même dans la mort :
Citation :
"aussi fraîche et aussi aimable" dans ses dernières années qu’en l’âge de 30 ans", et dotée d’"une très grande blancheur"


Pour son époque elle était une véritable bombe ... Combien d'artistes faisaient appels à elle pour des portraits,scultures,tableaux,scènes tellement sa beauté rayonnait .

Un lien : http://www.agoravox.fr/culture-loisirs/culture/article/diane-et-la-beaute-eternelle-67261

_________________
"Le chêne se trouve dans le gland"

¤ Ecureuil ¤
Revenir en haut Aller en bas
Ecureuil
Animatrice "Naturopathie / Alimentation Naturel / Bien-être"
avatar


MessageSujet: Re: - ORMUS - Des métaux Monoatomiques .   Dim 18 Sep - 23:35

Bonsoir Arcadie ,

je vous ai trouvé 2 sites qui vendent de l'ORMUS , si ca interresse quelques un d'entre vous je vous laisse les liens :

http://www.exotic-elixirs.co.uk/index_fr.html

http://www.ormusonline.com/?gclid=CMGe1Y7dp6sCFQbwzAodBCDR1w

Voilà,je vous avais mis le lien pour le fabriquer soit même mais comme nous n'avons pas forcément le temps et les moyens les liens pour le commander me semble une bonne option .

A+ de vous lire .

¤ Ecureuil ¤

_________________
"Le chêne se trouve dans le gland"

¤ Ecureuil ¤
Revenir en haut Aller en bas
tinymaab
Animatrice "Les pèlerins de la sagesse"
avatar


MessageSujet: Re: - ORMUS - Des métaux Monoatomiques .   Lun 26 Sep - 17:14

fascinant !!! Merci Ecureuil pour cette belle découverte! Je pense que j'essaierai d'en commander à l'occasion.. as-tu déjà testé???

_________________
«Il n'y a pas de moments ordinaires.»
Revenir en haut Aller en bas
Ecureuil
Animatrice "Naturopathie / Alimentation Naturel / Bien-être"
avatar


MessageSujet: Re: - ORMUS - Des métaux Monoatomiques .   Lun 26 Sep - 22:25

Bonsoir Tinymaab ,

Pour répondre à ta question non j'ai pas encore testé ,mais compte bien en commander pour le mois prochain !!!! cheers

Sa avec de l'eau diamant il parrait que sa fait des merveilles aussi bien physiquement que subtilement et énergétiquement .

¤ Eau diamant (clik dessus) .

Je vous ferrais part de mes impressions et ressentis ultérieurement .

¤ Ecureuil ¤

_________________
"Le chêne se trouve dans le gland"

¤ Ecureuil ¤
Revenir en haut Aller en bas
tinymaab
Animatrice "Les pèlerins de la sagesse"
avatar


MessageSujet: Re: - ORMUS - Des métaux Monoatomiques .   Jeu 29 Sep - 10:37

Un grand merci dame Ecureuil!!!!!!!!! sunny sunny sunny Tu nous diras tes impressions! L'eau diamant ça a l'air bien intéressant aussi.. hélas la page "où s'en procurer" ne s'est pas affichée.. peut être un bug momentané.. je réessaierai plus tard..

_________________
«Il n'y a pas de moments ordinaires.»
Revenir en haut Aller en bas
Ecureuil
Animatrice "Naturopathie / Alimentation Naturel / Bien-être"
avatar


MessageSujet: Re: - ORMUS - Des métaux Monoatomiques .   Jeu 29 Sep - 11:40

Bonjour Tinymaab ,

Effectivement la page à expirer ,mais si sa te botte à partir de la semaine prochaine je m'en proccure et je pourrais t'en faire suivre une petite bouteille par la poste .

Répond moi en MP si sa t'interresse Wink

A+

¤ Ecureuil ¤

_________________
"Le chêne se trouve dans le gland"

¤ Ecureuil ¤
Revenir en haut Aller en bas
Athanor08

avatar


MessageSujet: Re: - ORMUS - Des métaux Monoatomiques .   Mar 10 Jan - 20:51

Pourquoi acheter (bien cher!) ce que l'on peut faire facilement soi-même?

Pour ceux que cela amuse Mr.Red :

Comment fabriquer des Ormus ?
Pour nous, la solution la plus facile pour faire de l'Ormus, c'est à partir du sel marin. Je préfère le sel de la mer Morte, car il est riche en magnésium et pauvre en sodium, ce qui assure un meilleur équilibre au produit final. D'autant plus que la plupart des plantes sont carencées en minéraux, en particulier en magnésium qui joue un rôle fondamental dans la photosynthèse. Si on la stimule, c'est essentiel pour les plantes.
À la solution de sel, on ajoute une base, qui peut être de la lessive de soude ou de potasse, voire de la cendre. Si elle est bien concentrée, une solution de cendres présente un pH très alcalin et comme le principe consiste à faire réagir un produit très alcalin sur une solution de sel, on obtient alors un précipité blanchâtre ou quelquefois gris selon l'origine des matières. Ce produit laiteux est de l'Ormus. Son pH ne doit absolument pas dépasser 10,78, sinon on précipite les métaux lourds contenus dans la solution, et l'on connaît leur danger pour la santé. Voilà globalement pour l'aspect « matière ». Mais il y a d'autres éléments, certainement plus importants encore, à prendre en compte dans la recette. Ce qu'avaient compris des chercheurs comme Marcel Violet.
Revenir en haut Aller en bas
Ecureuil
Animatrice "Naturopathie / Alimentation Naturel / Bien-être"
avatar


MessageSujet: Re: - ORMUS - Des métaux Monoatomiques .   Mar 10 Jan - 23:36

Hello Athanor08 ,

Contente de te revoir parmis nous Very Happy

Bin vois tu , j'avais bien mis un lien PDF ,mais c'était un peux fondu dans la masse des textes que j'ai mis (lol) :

Citation :
Dossier PDF en 8 pages et fabriquer sont propre ORMUS ==== } http://www.arsitra.org/yacs/articles/view.php/775/les-ormus

Si tu peux nous dire se que t'en pense et pourquoi pas nous dire,aussi si ce qui est dit est juste ou faut il faire ou pas faire certaines choses .
En cas ,celon ce que tu diras ,j'ouvrirais un autres topic " Comment fabriquer son ORMUS" ...... Sait-on jamais si certains d'entres nous à envis de s'adonner à l'alchimie d'ORMUS Mr. Green

J'ai aussi ouvert un topic qui s'intitule "Mon expérience avec l'ORMUS" ....... Si sa te botte tu peux y témoigné Rolling Eyes

http://arcadie.forumzen.com/t1370-mon-experience-avec-l-ormus

Bon bin je te dis A+ .

~ Bien à toi ~

¤ Ecureuil ¤

_________________
"Le chêne se trouve dans le gland"

¤ Ecureuil ¤
Revenir en haut Aller en bas
Gabriel
Admin
avatar


MessageSujet: Re: - ORMUS - Des métaux Monoatomiques .   Mer 11 Jan - 23:20

Ca y est, je me réveille Boulet

C'est intéressant tout ça. Pour l'ormus je pense en commander plutôt que me risquer à en faire moi-même. Le risque de précipiter des métaux lourds ne me tente pas trop.

Ecureuil je te demanderai conseil pour l'association avec l'eau de diamant et où s'en procurer, si tu veux bien.
Ca a l'air de porter ses fruits sur toi et tu es en forme ! queen

_________________
"Tous les pays qui n'ont plus de légendes seront condamnés à mourir de froid..."        
  Patrice de la Tour du Pin

www.andounna.org

Revenir en haut Aller en bas
Athanor08

avatar


MessageSujet: Re: - ORMUS - Des métaux Monoatomiques .   Jeu 12 Jan - 21:43

Chère Ecureuil, je dois dire que la littérature qu'on peut trouver sur le Net à propos des Ormus me laisse rêveur...

Quand je lis les commentaires dithyrambiques sur les innombrables, étonnantes et ahurissantes propriétés de ces soi-disant éléments monoatomiques, je me dis tout simplement que tout cela ne peut pas être vrai! Et c'est un obscur fermier d'Arizona qui aurait découvert cette huitième merveille du monde... dont aucune publication scientifique ne parle!

J'admets que notre science a encore bien des découvertes à faire mais on ne peut quand même pas la jeter aux orties! Que l'on découvre soudainement des particules qui violeraient les lois de la physique, de la thermodynamique et de la chimie, cela me semble tout de même un peu gros!

Pour moi, les Ormus, ce n'est pas de l'alchimie.... ou plutôt, si, c'en est, si l'on considère le prix prohibitif des potiquets de perlinpimpin (100 $ ou plus) que certains escrocs essaient de nous fourguer! A un prix pareil, on peut effectivement se faire très vite de l'or en barres!

Revenir en haut Aller en bas
liliambre
Membre d'Arcadie
avatar


MessageSujet: Re: - ORMUS - Des métaux Monoatomiques .   Ven 13 Jan - 8:43

"jeter aux orties" voici une expression qui m'interpèle , l'ortie est un remède bien connue de nos grands mères sa composition est d'ailleurs très interressante ; les plantes etant dans "l'ombre" contiennent un taux de chlorohylle elevé !!!(qui permet la photosynthèse... de capter la lumière )

voici la composition chimique de l'ortie


Eau 76,9 à 80 g /100 g
Fibres 2 à 5,3 g / 100 g
Cendres 4 à 5,6 g / 100 g
Calories 57 à 82 Kcal / 100 g
Protides 4,6 à 8 g / 100 g
Lipides 0,7 à 1,6 g / 100 g
Glucides 7,1 à 12,7 g / 100 g
Calcium 60 mg à 3,24 g / 100 g
Phosphore 10 à 673 mg / 100 g
Fer 7,8 à 13,4 mg / 100 g
Sodium 1 à 16 mg / 100 g
Potassium 400 mg à 2,044 g / 100 g
Magnésium 7 à 399 mg / 100 g
Manganèse 3 à 3,31 mg / 100 g
Zinc 0,9 à 1,87 mg / 100 g
Cuivre 0,52 à 1,59 mg / 100 g
Bore ± 3,05 mg / 100 g
Sélénium ± 2,7 μg / 100 g
(1μg = 1/1000 ème de mg)
Pro-Vitamine A ou Caroténoïdes 0 à 6 mg / 100 g
Vitamine B1 ou Thiamine 15 μg à 0,15 mg / 100 g
Vitamine B2 ou Riboflavine 0,12 à 0,23 mg / 100 g
Vitamine B3 ou vit. PP ou Niacine 0,1 à 1,45 mg / 100g
Vitamine B6 ou Pyridoxine ± 68 μg / 100 g
Vitamine B9 ou Acide folique ± 212 mg / 100 g
Vitamine C 18,8 à 350 mg / 100 g
Vitamine E ou α-Tocophérol ± 14,4 mg / 100 g


A remarquer un taux elevé de potassium !!!! a potasser !!!! Wink

Je te rejoinsAthanor meme si mes connaissances sont encore très limitées , je trouve que le prix proposé est exhorbitant de plus peut on réellement se vanter d'etre alchimiste lorsque notre but n'est qu'amasser "l'or vulgaire" ....!!!
Revenir en haut Aller en bas
Ecureuil
Animatrice "Naturopathie / Alimentation Naturel / Bien-être"
avatar


MessageSujet: Re: - ORMUS - Des métaux Monoatomiques .   Ven 13 Jan - 11:42

Gabriel a écrit:
Ca y est, je me réveille Boulet

C'est intéressant tout ça. Pour l'ormus je pense en commander plutôt que me risquer à en faire moi-même. Le risque de précipiter des métaux lourds ne me tente pas trop.

Ecureuil je te demanderai conseil pour l'association avec l'eau de diamant et où s'en procurer, si tu veux bien.
Ca a l'air de porter ses fruits sur toi et tu es en forme ! queen

Coucou Gabriel ,

je te répond en MP si tu veux bien Wink

@ Athanor08 :

Citation :
Pour moi, les Ormus, ce n'est pas de l'alchimie.... ou plutôt, si, c'en est, si l'on considère le prix prohibitif des potiquets de perlinpimpin (100 $ ou plus) que certains escrocs essaient de nous fourguer! A un prix pareil, on peut effectivement se faire très vite de l'or en barres!

Je pense qu'un produit peut être bon si il est fait avec amour et respect des cycles des saison ,des equinoxs,des lunaisons,ect...
Et il peut être mauvais si c'est fait avec égaux,non respect de la nature et avard d'argents .
Je pense qu'il faut aprés trouvé le bon ORMUS pour soit.

¤ Ecureuil ¤

_________________
"Le chêne se trouve dans le gland"

¤ Ecureuil ¤
Revenir en haut Aller en bas
Gabriel
Admin
avatar


MessageSujet: Re: - ORMUS - Des métaux Monoatomiques .   Ven 13 Jan - 11:51

Citation :
Je pense qu'un produit peut être bon si il est fait avec amour et respect des cycles des saison ,des equinoxs,des lunaisons,ect...
Et il peut être mauvais si c'est fait avec égaux ,non respect de la nature et avard d'argents .
Je pense qu'il faut aprés trouvé le bon ORMUS pour soit.

¤ Ecureuil ¤

Tu veux dire: Si c'est fait avec égo (égocentrisme) ?

OK pour un mp bien sur.

_________________
"Tous les pays qui n'ont plus de légendes seront condamnés à mourir de froid..."        
  Patrice de la Tour du Pin

www.andounna.org

Revenir en haut Aller en bas
Ecureuil
Animatrice "Naturopathie / Alimentation Naturel / Bien-être"
avatar


MessageSujet: Re: - ORMUS - Des métaux Monoatomiques .   Ven 13 Jan - 12:02

Gabriel a écrit:
Citation :
Je pense qu'un produit peut être bon si il est fait avec amour et respect des cycles des saison ,des equinoxs,des lunaisons,ect...
Et il peut être mauvais si c'est fait avec égaux ,non respect de la nature et avard d'argents .
Je pense qu'il faut aprés trouvé le bon ORMUS pour soit.

¤ Ecureuil ¤

Tu veux dire: Si c'est fait avec égo (égocentrisme) ?

OK pour un mp bien sur.

OUPSSS !!!!! AUTANT POUR MOI !!!

OUI avec EGO (égocentrisme) ..... Désolé pour l'orthographe .
Je te fais un MP se soir Gabriel .

A+

¤ Ecureuil ¤

_________________
"Le chêne se trouve dans le gland"

¤ Ecureuil ¤
Revenir en haut Aller en bas
Athanor08

avatar


MessageSujet: Re: - ORMUS - Des métaux Monoatomiques .   Ven 13 Jan - 17:52

Je pense qu'un produit peut être bon si il est fait avec amour et respect des cycles des saison ,des equinoxs,des lunaisons,ect...
Et il peut être mauvais si c'est fait avec égaux,non respect de la nature et avard d'argents .
Je pense qu'il faut aprés trouvé le bon ORMUS pour soit.

¤ Ecureuil ¤
[/quote]

Le problème est, d'une part, que nous n'avons aucune garantie sur le sérieux des divers fabricants d'Ormus ou Ormes et d'autre part, que l'or ou le platine ne sont pas des métaux utilisés par notre organisme. On peut donc légitimement se demander si ces produits sont bien inoffensifs.

A titre d'exemple, Diane de Poitiers est vraisemblablement morte d'un empoisonnement à l'or : http://www.docbuzz.fr/2009/12/19/123-diane-de-poitiers-est-morte-dun-empoisonnement-a-lor/

Ma conclusion actuelle (et provisoire) pour les Ormus sera donc : attendre et voir.

Athanor

Revenir en haut Aller en bas
Athanor08

avatar


MessageSujet: Re: - ORMUS - Des métaux Monoatomiques .   Ven 13 Jan - 17:56

liliambre a écrit:
"jeter aux orties" voici une expression qui m'interpèle , l'ortie est un remède bien connue de nos grands mères sa composition est d'ailleurs très interressante ; les plantes etant dans "l'ombre" contiennent un taux de chlorohylle elevé !!!(qui permet la photosynthèse... de capter la lumière )

voici la composition chimique de l'ortie


Eau 76,9 à 80 g /100 g
Fibres 2 à 5,3 g / 100 g
Cendres 4 à 5,6 g / 100 g
Calories 57 à 82 Kcal / 100 g
Protides 4,6 à 8 g / 100 g
Lipides 0,7 à 1,6 g / 100 g
Glucides 7,1 à 12,7 g / 100 g
Calcium 60 mg à 3,24 g / 100 g
Phosphore 10 à 673 mg / 100 g
Fer 7,8 à 13,4 mg / 100 g
Sodium 1 à 16 mg / 100 g
Potassium 400 mg à 2,044 g / 100 g
Magnésium 7 à 399 mg / 100 g
Manganèse 3 à 3,31 mg / 100 g
Zinc 0,9 à 1,87 mg / 100 g
Cuivre 0,52 à 1,59 mg / 100 g
Bore ± 3,05 mg / 100 g
Sélénium ± 2,7 μg / 100 g
(1μg = 1/1000 ème de mg)
Pro-Vitamine A ou Caroténoïdes 0 à 6 mg / 100 g
Vitamine B1 ou Thiamine 15 μg à 0,15 mg / 100 g
Vitamine B2 ou Riboflavine 0,12 à 0,23 mg / 100 g
Vitamine B3 ou vit. PP ou Niacine 0,1 à 1,45 mg / 100g
Vitamine B6 ou Pyridoxine ± 68 μg / 100 g
Vitamine B9 ou Acide folique ± 212 mg / 100 g
Vitamine C 18,8 à 350 mg / 100 g
Vitamine E ou α-Tocophérol ± 14,4 mg / 100 g


A remarquer un taux elevé de potassium !!!! a potasser !!!! Wink

Tout à fait d'accord, Liliambre!
L'ortie est non seulement une plante intéressante pour sa richesse en minéraux mais c'est aussi une plante exceptionnelle de par sa résistance et sa vitalité incroyable; tous les jardiniers qui essaient de s'en débarasser te le diront!

Si un jour, je me lance dans des expériences de spagyrie, il est très probable que je travaillerai sur l'ortie!

Athanor
Revenir en haut Aller en bas
liliambre
Membre d'Arcadie
avatar


MessageSujet: Re: - ORMUS - Des métaux Monoatomiques .   Ven 13 Jan - 18:03

hihi oui je crois que c'est la plante que je vais travailler , je viens de comprendre que le potassium reagissait a peu de choses pres comme le sodium (du sel ) , le potassium est un excellent conducteur , très interressant car il permet de concentrer une bonne partie des vitamines dans la plante et de les amplifier magnifique !!!!

C'est une plante que j'utilise dejà pour mes plantations elle permet aux cultures de se devellopper et d'etre plus resistantes aux maladies FORCEMENT elle transmet sa vitalité !!!!( les tomates adorent !!!! avec de la peau de banane qui contient elle aussi du potassiim et un fil de cuivre pour renforcer l'immunité ) !!!!formidable
Revenir en haut Aller en bas
Gabriel
Admin
avatar


MessageSujet: Re: - ORMUS - Des métaux Monoatomiques .   Ven 13 Jan - 18:45

Alors ça, je ne savais pas que les orties permettaient aux autres plantes de ne pas être malades ! C'est très utile à savoir. Merci Liliambre cherry

_________________
"Tous les pays qui n'ont plus de légendes seront condamnés à mourir de froid..."        
  Patrice de la Tour du Pin

www.andounna.org

Revenir en haut Aller en bas
liliambre
Membre d'Arcadie
avatar


MessageSujet: Re: - ORMUS - Des métaux Monoatomiques .   Ven 13 Jan - 18:52

il faut soit le répandre en l'ayant au préalable fait potasser !!! et sinon mettre des feuilles fraiches enterrés au pied des jeunes plants!!!
Revenir en haut Aller en bas
Amphorme

avatar


MessageSujet: Re: - ORMUS - Des métaux Monoatomiques .   Jeu 13 Sep - 14:25

Bonjour
Je viens de faire ma 1ere "tournée d'Ormus...ce sera prêt ce soir...je commence à en prendre demain matin!!! Smile
Par contre n'utilisez pas de soude comme certain le préconnisent(on débouche les toilettes avec), mais plutôt de la potase caustique (a manipuler avec précaution, ça ronge!!!)...
Voilà, je vous raconterais la suite... belle journée Smile
Revenir en haut Aller en bas
Gabriel
Admin
avatar


MessageSujet: Re: - ORMUS - Des métaux Monoatomiques .   Jeu 13 Sep - 16:37

Je suis impatient de connaître la suite.

Merci de ton partage Amphorme.

_________________
"Tous les pays qui n'ont plus de légendes seront condamnés à mourir de froid..."        
  Patrice de la Tour du Pin

www.andounna.org

Revenir en haut Aller en bas
Ecureuil
Animatrice "Naturopathie / Alimentation Naturel / Bien-être"
avatar


MessageSujet: Re: - ORMUS - Des métaux Monoatomiques .   Jeu 13 Sep - 17:16

Bonjour Arcadie ,

Citation :
Bonjour
Je viens de faire ma 1ere "tournée d'Ormus...ce sera prêt ce soir...je commence à en prendre demain matin!!!
Par contre n'utilisez pas de soude comme certain le préconnisent(on débouche les toilettes avec), mais plutôt de la potase caustique (a manipuler avec précaution, ça ronge!!!)...
Voilà, je vous raconterais la suite... belle journée

Amphorme , il faudra que tu nous partages (si tu le veux bien aussi) ta petite expérience . Par contre l'élixire est trés salé , donc te voilà prévenu Wink

Bonne d'égustation demain matin sunny

A+ de vous lire .

¤ Ecureuil ¤

_________________
"Le chêne se trouve dans le gland"

¤ Ecureuil ¤
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: - ORMUS - Des métaux Monoatomiques .   

Revenir en haut Aller en bas
 
- ORMUS - Des métaux Monoatomiques .
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bienvenue en Arcadie :: Le carrefour des Alchimistes-
Sauter vers: